célébration de la journée de liberté de la presse l'Edition 2022​

Le Mali a l’instar du reste du monde célèbre la journée de liberté de la presse tous les 3 mai de chaque année. L’édition 2022 s’est déroulée à la maison de la presse en présence des faîtières, des partenaires nationaux et internationaux et une forte délégation de la HAC/Haute Autorité de la Communication composée de plusieurs de ses membres avec à sa tête le doyen, Gaoussou Drabo.

Au Mali, l’événement a été célébré hier dimanche à la maison de la presse où les hommes de médias se sont réunis autour d’une conférence débat sur le thème de l’état de la presse en cette période de transition au Mali. »

Bandiougou Danté, président de la maison de la presse, d’entrée de jeu, explique qu’à cause de la situation sociale et économique précaire du pays le choix S’imposait pour un format de célébration simple, très significatif, dans l’honneur et la dignité.

A l’entame de ses propos, Bandiougou Danté a fait un état des lieux de la presse malienne en rappelant la disparition prolongée du journaliste Birama Touré depuis 6 ans, l’enlèvement et la détention forcée de Hamadoun Nialibouly de radio Dandé de Douentza depuis le 27 septembre 2020, de Moussa Bana Dicko de Dandé haire de Boni ; Olivier Dubois, journaliste français vivant au Mali depuis 1 0.ans, enlevé le 8 Avril 2021.

Le patron de la maison de la presse ne manque pas aussi de soulever le problème de précarité sans précédent dans le pays qui n’a épargné aucun secteur, y compris celui des médias ; toutes choses qui ont engendré des conséquences telles que la parution irrégulière des journaux, la diminution des heures d’émissions de radios, voire même leur fermeture pure et simple.

Bandiougou Danté saisit aussi l’occasion pour dénoncer la concurrence déloyale et pitoyable d’une presse en ligne qui est en attente de l’adoption de ses textes lui permettant d’assainir son espace.

Ici on interpelle la HAC, la Haute Autorité de la Communication.

Le président de la maison de la presse exhorte l’institution à assainir le secteur des médias, celui des radios en particulier par la régularisation de leur situation administrative, le blocage des créations anarchiques et le suivi des contenus parfois scandaleux.

Gaoussou Drabo, membre de la HAC soutient qu’il est important et nécessaire pour les médias de se comporter et de se transformer en entreprise de presse.

Il a aussi et surtout insisté sur le professionnalisme des journalistes. Ceci pour mener à bien leurs activités et aider le pays à certains problèmes d’ordre sécuritaires surtout qui sont ravivées par les Fake news…

A propos

La Haute autorité de la communication (HAC) remplace le CSC et le CNEAME. La HAC a été créée par l’ordonnance n° 2014-006/P-RM (Journal officiel de la République du Mali du 31 janvier 2014) ratifiée par la loi n° 2015-018 du 4 juin 2015 portant modification et ratification de l’ordonnance du 21 janvier 2014 (Journal officiel de la République du Mali du 19 juin 2015).èj

Contact

© HAC du MALI 2022 – Tous les droits réservés